L’augmentation mammaire rétro musculaire totale

Une technique d’augmentation mammaire qui fait du bien

Si je vous dis qu’il existe une technique capable de préserver la sensation érogène du mamelon quand on procède à une augmentation mammaire. Intéressant, non?

Et si je vous dis que c’est un médecin du Québec, le docteur Moufarrège, qui en est l’inventeur et que vous pouvez même en bénéficier. Intéressée?

Longtemps, les seules techniques utilisées lors d’une augmentation mammaire privaient le mamelon de sa sensation érogène.

Longtemps, femmes et chirurgiens esthéticiens s’en sont contentés.

Ce problème a évolué grâce à la création, par le docteur Moufarrège, de l’augmentation mammaire rétro musculaire totale. Désormais, cette approche permet de conserver intacte la continuité des nerfs responsables de la sensation érogène du mamelon, au grand bonheur des femmes.

Allaitement et augmentation mammaire

L’allaitement est une des fonctions principales du sein.

Les techniques de mammoplastie, redrapage (lifting) ou réduction, gardaient classiquement le mamelon vivant grâce à un petit pédicule (pont de vascularisation) rattaché au gros des tissus.

Ce mamelon restait là sans garder aucune de ses fonctions.

Avec sa technique du pédicule total postérieur, le docteur Moufarrège conserve le mamelon rattaché à la totalité de la glande. Il ne laisse aucune partie de la glande séquestrée et sans connexion avec le bloc principal du sein.

La façon par laquelle est taillé le pédicule permet à toute la glande restante d’acheminer le lait maternel vers le mamelon.

D’ailleurs, dans une étude de près d’un millier de patientes opérées par le pédicule total postérieur du docteur Moufarrège, il a été démontré que le taux de succès de l’allaitement est équivalent à celui des patientes qui n’ont pas subi d’opération.

Pérennité des résultats à long terme des mammoplasties par le pédicule total postérieur

Les techniques traditionnelles de redrapage et de réduction présentaient un désavantage esthétique notoire : le volume du sein glissait souvent à long terme en dessous du niveau du mamelon occasionnant une déformation tristement connue sous l’appellation pseudo ptose.

La technique du pédicule total postérieur permet, par le biais de la voûte dermique inférieure, d’éviter cette déformation consistant en une élongation de la peau du sein en dessous du niveau des mamelons.

C’est à ne pas négliger, tout de même!

Rôle sexuel du sein dans la mammoplastie de redrapage et de réduction

Avant la technique du pédicule total postérieur du docteur Moufarrège, un redrapage ou une réduction mammaire signifiait automatiquement une perte de la sensation érogène du mamelon, tributaire de trois nerfs intercostaux.

Toute manœuvre interrompant le parcours normal de ces nerfs les empêche de mener à bien leur fonction, c’est-à-dire conserver l’influx nerveux qui assure la sensation érogène du mamelon.

De toutes les techniques traditionnelles, aucune, de près ou de loin, n’a le souci de conserver ces nerfs intercostaux intacts.

Seule la technique du pédicule total postérieur du docteur Moufarrège peut sauver la sensation érogène du mamelon dans les mammoplasties.

Sécurité et protection

Sur plusieurs milliers de cas de chirurgies mammaires avec le pédicule total postérieur, il n’y a eu aucune nécrose mamelonnaire.

Exceptionnel et impossible à envisager dans toutes les autres techniques confondues.

De plus, le pédicule total postérieur permet hors de tout doute de soustraire des tissus potentiellement cancérigènes dans le sein.

Nous pouvons ainsi en déduire que cette technique diminue l’incidence du cancer du sein de 64 % chez les personnes de plus de 35 ans qui ont subi cette chirurgie.

Aucune autre technique de mammoplastie que celle du pédicule total postérieur du docteur Moufarrège ne permet de conserver toutes les fonctions du sein.

Une plastie mammaire en tête?

Faites un choix éclairé!

Previous article

Next article